fbpx

L’introduction des morceaux dans l’alimentation du bébé

Croquer dans la pomme à pleines dents 🍏

L’introduction des morceaux dans l’alimentation de bébé est une étape toute particulière dans son apprentissage des compétences que l’on appelle oro-motrices, à ses envies, en passant par l’appréhension des textures, il s’agit là d’un moment important. À partir de quand peut-on incorporer des morceaux dans les petits plats de son enfant ? Quelle taille doivent faire les morceaux ? Comment l’aider à appréhender ce nouveau seuil alimentaire ? Quelles implications physiologiques entraînent la mastication ? Que penser de la DME ? Autant de questions auxquelles répond le blog Comme des Papas.

À quel âge faut-il introduire des morceaux dans l’alimentation de bébé ?

En principe, on peut commencer à donner des morceaux à son bébé aux alentours de ses 8 mois. Au moment où il arrive à se tenir assis, l’enfant arrive à déglutir, et c’est ainsi que l’incorporation des morceaux se déroule.

En effet, aux alentours de 7 mois, votre enfant parvient à se tenir assis et il mastique de manière encore sommaire. Certains enfants réussiront alors à commencer à manger des morceaux. Pour d’autres, il faudra attendre encore 1 mois ou 2 et même jusqu’à 10 mois selon les bébés, pour que sa mastication se perfectionne afin qu’il réussisse à transporter correctement les aliments du centre de sa bouche vers les gencives et inversement. C’est de cette manière que se précise la mastication des morceaux plus fermes et moins fondants. Imaginez que l’on vous donne un morceau de brocolis et que vous ne parvenez pas à le mobiliser de la manière souhaitée à l’intérieur de votre bouche : ce serait très compliqué ! C’est pareil pour bébé, il faut attendre qu’il ait développé ses capacités oro-motrices pour qu’il parvienne à ingurgiter correctement ses morceaux, sans risque de s’étouffer.

Enfin, aux alentours de 10-12 mois, la bouche de bébé s’est musclée et il transporte les aliments à sa guise entre ses éventuelles toutes nouvelles dents, ses gencives, sa mâchoire et sa langue, c’est seulement à ce moment qu’il maniera correctement les éléments nécessaires à une mastication optimale et que vous pourrez lui confier des morceaux plus durs et plus gros.

Concrètement, comment introduire les morceaux ?

On l’aura compris, l’introduction des morceaux dans l’alimentation de l’enfant se déroule sur le moyen terme, et la progression doit être comprise dans son alimentation depuis le tout début.

Ainsi, dès 4-5 mois, il est possible de lui proposer des morceaux de fruits mous pour le goûter (mangue, banane, framboise…). Dès 6 mois, on peut incorporer des petites pâtes à ses purées ou à ses soupes, et on peut hacher ses purées plus grossièrement, de manière à laisser subsister quelques morceaux fondants. À 8 mois, on peut délaisser les mixtures hachées et molles au profit de légumes tendres et même de morceaux de viande ou de poisson fondants. En pratique, on solidifie doucement son alimentation à partir de 6-8 mois selon son appréhension de la mastication, et on voit comment bébé réagit.

Si c’est difficile, il vaut mieux attendre quelques semaines et tenter de nouveau, et si ça fonctionne, alors bébé embarque pour le monde de l’alimentation des grands à sa façon. Les petits-pots préparés sont pensés en fonction de l’âge et de l’avancée moyenne d’un bébé dans les étapes de la mastication, alors si vous avez des doutes, n’hésitez pas à vous en inspirer ou même à les lui procurer (attention tout de même à la qualité de ces pots !).

Comment aider bébé à manger ses morceaux ?

Les morceaux et le risque d’étouffement pour l’enfant

On a tendance à penser qu’un bébé peut s’étouffer facilement puisqu’il éprouve davantage de difficulté à mastiquer les morceaux qu’un adulte, et pour cause, les muscles de sa bouche sont toujours en formation ! Cependant, la moindre difficulté n’implique pas nécessairement un risque d’étouffement : il faut laisser bébé faire, tout en le surveillant lorsqu’il est en train de manger, bien évidemment. La nature est bien faite : la langue des petits ne fonctionne pas que pour mastiquer, mais elle rejette également les morceaux qui “ne passent pas”, c’est ce qu’on appelle le réflexe d’extrusion.

En cas de doute, voici une vidéo sur les gestes à adopter si bébé s’étouffait réellement. Pas d’inquiétude ! Cela reste relativement rare et le corps élimine naturellement les éléments indésirables (crachats, vomissements, rejets, etc…).

Que faire si votre bébé ne veut pas manger ses morceaux ?

Si votre bébé ne veut pas manger ses morceaux, c’est tout simplement parce qu’il… ne se sent pas prêt ! Dans ce cas, on attend, mais on propose quand même des moyens qui vont l’aider à appréhender les nouvelles textures :

  • on le laisse manipuler les morceaux avec ses mains (il va en mettre absolument partout, mais c’est nécessaire à sa découverte des aliments et cela lui donnera certainement envie de les manger),
  • on peut masser ses gencives pour les sensibiliser et lui donner des outils de mastication supplémentaires,
  • on peut aussi miser sur les éléments croquants, qui font du bruit, et qui vont lui faire comprendre l’intérêt des morceaux durs.

Si votre enfant met plus de temps à apprécier les morceaux que les autres, ce n’est pas une fatalité, et le jour viendra toujours trop vite où il préférera se nourrir de pizzas que des purées maison que vous lui aurez concocté avec amour !

Que penser de la DME ?

La DME (Diversification Menée par l’Enfant) peut être une manière constructive et positive d’amener son enfant à apprécier les morceaux. Pourquoi ? Parce qu’il en aura lui-même décidé. Plutôt que de décider à sa place, on le laisse faire (ou du moins on lui donne l’impression de le laisser faire). Cela évitera les repas difficiles où votre bébé a le sentiment d’obéir en mangeant, et également le développement des néophobies alimentaires. Voici un article très bien construit pour commencer la DME avec les bons repères.

Lectures complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *