Dans Diversification Alimentaire, NutriSanté

La diversification alimentaire est une étape cruciale dans la vie des bébés. Synonyme d’éveil gustatif, de rencontres avec goûts, couleurs, textures inconnues : cette période représente l’apprentissage de la nutrition. Pour vous accompagner lors de cette étape, Comme des Papas vous propose un guide diversification complet qui en reprend les éléments essentiels. De l’allaitement à l’introduction des solides, en passant par des informations nutritionnelles et des conseils bébé : ce guide vous expliquera le pourquoi et le comment, et sera illustré de tableaux diversifications et descriptifs des textures par âge.

L’ALLAITEMENT

Commençons par le b.a.-ba : lorsque les bébés naissent, ils sont encore très fragiles. En effet, la plupart de leurs fonctions sont encore immatures, notamment celles digestives et métaboliques : c’est pourquoi le nouveau-né ne peut s’alimenter que de lait, et ce pendant plusieurs mois. Toutes les grandes organisations de santé s’accordent sur une même vérité : le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur pour un nourrisson.

Un fait incontestable, irréfutable.

Pourquoi ? Tout simplement car le lait maternel couvre tous ses besoins, et évolue avec eux pour mieux y répondre. Il permet un bon développement et une bonne croissance, et garantit des effets sur l’immunité, sur les fonctions digestives, respiratoires et ORL car il contient bon nombre d’hormones, de facteurs de croissance, d’anticorps etc.

Le Programme National Nutrition-Santé (PNNS) décrit le lait maternel comme « un aliment unique, de qualité irremplaçable, et ses caractéristiques ne se retrouvent pas toutes dans les laits infantiles du commerce ».

Toutefois, si vous ne pouvez pas allaiter pour quelques problèmes qu’il soit, ou par choix, les laits infantiles sont là pour satisfaire et couvrir les besoins de votre bébé. Il en existe plusieurs catégories, selon l’âge de votre bébé, son état de santé etc. Les laits infantiles sont adaptés et contiennent les nutriments essentiels pour la croissance de bébé. Il est important de rappeler que tous ces produits sont soumis à une règlementation très stricte.

Jusqu’ici, rien de compliqué donc : le lait maternel estce qu’il y a de meilleur pour votre bébé pendant les premiers mois de vie. Mais après ?

COMMENCER LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

À partir de 6 mois, une évolution progressive de l’alimentation doit avoir lieu chez les bébés : le passage de l’alimentation exclusivement lactée à une alimentation plus solide. On appelle cela la diversification alimentaire. Cette étape de diversification peut avoir lieu plus tôt (autour de 4 mois) si votre enfant montre des signes qu’il est prêt à introduire des aliments solides dans son alimentation.

En effet, le lait maternel devient insuffisant pour couvrir les besoins en énergie, protéines, minéraux et vitamines. La croissance du bébé étant très rapide, il est normal que les besoins nutritionnels évoluent avec elle. De plus, avec l’arrivée des premières dents, il est important que le bébé  découvre d’autres textures. Ainsi, même si le lait maternel ou infantile reste l’aliment principal et indispensable (500 ml par jour), il faut introduire progressivement de nouveaux aliments, solides, dans l’alimentation du bébé.

Pour en savoir plus sur les différents besoins en micro et macro nutriments, découvrez nos dossiers consacrés :

  •  

Les recommandations officielles sont de commencer la diversification à 6 mois, car le bébé a acquis la capacité de mastiquer et déglutir et ses fonctions digestives sont plus développées. Néanmoins, un bébé atteint sa maturité physiologique et psychomotrice dès 4 mois, et c’est pourquoi la diversification alimentaire des bébés n’étant pas exclusivement allaités peut commencer dès cet âge. Si vous vous questionnez sur le moyen de sevrer votre enfant vous pouvez consultez notre article sur Le sevrage : quand et comment faire ?

Le meilleur moyen pour identifier quand commencer la diversification alimentaire est d’être attentif aux signes fournis par votre bébé : s’il commence à tenir assis seul, à porter des objets à sa bouche, à essayer d’attraper la nourriture « des grands », alors ne cherchez plus, il est prêt !

Attention toutefois à ne pas entamer une diversification alimentaire précoce, c’est-à-dire avant 4 mois, car c’est un facteur de risque d’allergies alimentaires.

Ne paniquez pas si bébé refuse de goûter à ces nouveaux aliments : des changements comme le goût, la texture et les saveurs peuvent engendrer une réticence, il faut respecter les rythmes du bébé.

Avec le début de la diversification alimentaire, les petits pots et la petite cuillère vont être présentés au bébé. Nous avons dédié un article complet sur ce sujet, vous pouvez le trouver ici : Premier petit pot : comment faire pour que bébé l’accepte ?

 Introduction de nouveaux aliments

La diversification alimentaire, en plus de combler les nouveaux besoins du bébé, permet aussi de préparer celui-ci dès le plus jeune âge à une alimentation saine, équilibrée et diversifiée : il est important de lui faire goûter un maximum de saveurs pour l’habituer.

Toutefois, les nouveaux aliments doivent être introduits un à un, c’est-à-dire un aliment par jour en commençant par les légumes verts et une texture de purée fine. Vous pouvez ajouter des légumes dans le biberon de lait ou en complément de la tétée. Au fur et à mesure de la diversification, augmentez la quantité de légumes et diminuez la dose de lait.

L’ordre d’introduction conseillé est le suivant :

o   Fruits et légumes cuits (Privilégiez les légumes les plus digestes: carotte, courgette, haricot vert, citrouille, potimarron, brocoli, panais, fenouil, betterave et faite l’introduction des fruits 15 jours après les légumes : privilégiez la pomme, poire, banane, pêche)

o   Fruits et légumes crus

o   Viande, poisson, œuf (essentiels pour combler les besoins élevés en fer et en zinc, qui permettent le bon développement du bébé !)

o   Céréales

Le sucre et le sel sont à proscrire, mais les graisses doivent être introduites (1 cuillère à café d’huile ou noisette de beurre dans les purées), car un bébé a des besoins élevés en lipides nécessaires pour le développement du système nerveux. Pour plus de renseignements, découvrez nos dossiers traitant spécifiquement de ces sujets :

  •  

Attention aussi à attendre 12 mois avant d’introduire des aliments à fort pouvoir allergisant, tel le kiwi, le céleri, les arachides, les crustacés etc. Découvrez notre dossier sur les allergies alimentaires.

La digestion peut être compliquée chez les bébés, notamment après 6 mois. Si vous voulez quelques conseils pour combattre ces troubles digestifs et tout connaître sur le sujet, découvrez notre dossier sur la digestion du nourrisson.

  

Tableau diversification alimentaire bébé

1ère phase: 6-7 mois

Le lait doit rester la base de l’alimentation de votre bébé. On commence par lui faire découvrir des purées de légumes finement mixés ou des compotes. Concernant les viandes, poissons, œuf (VPO) : 10 g dans la purée soit 1 cuillère à café.

Si vous souhaitez débuter la diversification alimentaire à partir de 4 mois, commencez par introduire les légumes, un à un, et en commençant par du bouillon de légumes dans le lait de bébé. Vous pouvez consultez notre article à ce sujet.

2ème phase: 8-12 mois

L’alimentation de votre enfant ressemble maintenant de plus en plus à la vôtre mais avec des quantités adaptées. Du lait (toujours au moins 500 ml) à alterner avec des produits laitiers destinés aux enfants en bas âge (yaourt, fromage blanc) qui entrent dans les apports en lait quotidien. Des aliments de chaque groupe : fruit et légume, produit céréalier, viande, poisson, œuf (20 g), matière grasse (privilégiez la matière grasse végétale). La seule boisson nécessaire à votre enfant est l’eau.

Nous avons dédié un article sur ce besoin essentiel en eau chez les bébés, pour le découvrir c’est par ici : l’eau: élément indispensable à la vie des bébés

3ème phase: après 1 an

Jusqu’à l’âge de 3 ans, le lait reste dans l’alimentation de bébé avec 500 ml par jour. Remplacez le lait 2ème âge par du lait de croissance. Des fruits et légumes, des féculents, des viandes, poissons, œufs (30 g). Le repas du midi peut être donné à la cuillère quand il est mixé au préalable.

Selon le Programme National Nutrition Santé  » le guide nutrition des enfants et ados par les parents  » – 2015

Pour des idées de recettes bébé selon la saison et l’âge, nous avons concoctés des recettes bébé à foison !

Les textures de la nourriture au fil des mois

Plus le bébé grandit, plus les textures doivent évoluer. Le lait étant la nourriture exclusive jusqu’à la période de diversification, les textures doivent évoluer graduellement :

➜ Vers 4-7 mois : on débute avec des purées finement mixées, lisses.

➜ Vers 8-9 mois : purées plus épaisses, moulinées.

➜ Vers 12 mois : le bébé commence à mastiquer (même sans dent, il arrive à écraser les morceaux dans sa bouche) des aliments granuleux et petits morceaux fondants. Avec la purée de légumes ajoutez des pâtes alphabet, du riz ou encore de la semoule.

➜ Vers 18 mois : introduction d’aliments entiers à mâcher (haricots verts bien cuits) : des fruits et légumes crus, tendres, coupés en lamelle (concombres, carottes râpées etc.). Des petits morceaux plus ou moins épais et croquants.

➜ Vers 24 mois : bébé mange et boit comme un grand (repas adapté coupé en petits morceaux).

Consultez notre guide des textures !

Attention, chaque bébé a son propre rythme ! Chaque enfant est différent, certains se débrouilleront très vite avec les morceaux alors que pour d’autres, il faudra être plus patient.

Néophobie alimentaire, quand bébé refuse de manger

À partir de 18 mois, les enfants traversent une période de néophobie alimentaire, c’est-à-dire que l’enfant montre une réticence à goûter de nouveaux aliments et refuse quasiment tout ce qu’on lui propose. Il suffit qu’on lui fasse découvrir un aliment avec une présentation différente  pour qu’il ne veuille plus y toucher. Cette phase disparaît naturellement vers l’âge de 5-6 ans.

Attitude à adopter : en premier lieu, lorsque l’enfant refuse de « toucher » à l’aliment, restez patient. Il a avant tout besoin d’être rassuré : il faut lui dire qu’on en mange aussi, tout comme lui, et que c’est bon notre santé. Il est aussi important que le repas se déroule le plus paisiblement possible.

Deuxièmement, il est possible d’aller faire les courses avec lui et de le faire contribuer à l’élaboration du repas pour qu’il se sente impliqué, car plus il sera en contact avec l’aliment, plus la phase de néophobie disparaîtra rapidement. Présentez l’aliment rejeté sous la même forme à chaque fois, pour qu’il soit connu de l’enfant. Mais encore, la méthode la plus efficace est de proposer de façon répétitive ces aliments rejetés. En effet, plus un aliment est proposé et moins il est rejeté. Une exposition répétée d’environ 8 fois est nécessaire pour que votre enfant accepte et apprécie le nouvel aliment.

Le repas doit rester un moment ludique et de complicité qui doit permettre d’éveiller la curiosité de l’enfant.

——–

Et voilà, c’est la fin de ce petit guide complet de la diversification alimentaire pour bébé ! Si vous avez encore quelques questions, ou que vous êtes tout simplement curieux, vous pouvez jeter un coup d’œil sur nos dossiers traitant du même sujet !

➜ Les besoins du bébé avant et après 1 an

➜ La diversification avec Comme des Papas

Découvrez aussi nos petits pots bébé bio sans additifs, conservateurs ni sucre ajoutés ainsi qu’un article à lire sur le site de Cubes et Petits Pois : tableau de diversification alimentaire en fonction de l’âge du bébé.

Vous pouvez aussi découvrir nos autres articles nutritionnels !

٩(̾●̮̮̃̾•̃̾)۶

Le Guide Diversification Alimentaire Bébé des Papas
5 (100%) 5 votes
Articles récents

Laisser un commentaire

Commencez à écrire puis appuyez sur Entrer